Beauté

Les huiles et beurres végétaux

MON RÉFÉRENCEMENT

Alors il ne s’agit pas bien sûr de recréer une encyclopédie, ni de faire un cours magistral ( rien que de m’imaginer en maîtresse de conf… si si c’est super marrant), non. Je vais juste sur la base de mes recherches partager les propriétés des huiles végétales que j’utilise. Pourquoi? D’une part c’est passionnant, ensuite quand on s’intéresse aux cosmétiques sains et home made, c’est quand même une mine d’or alors c’est parti!

COMME POUR L’ALIMENTATION

Il faut surtout faire attention à la provenance, le mode de pression, et l’éthique. Certaines méritent d’avoir le label bio, car encore une fois, à long terme, ce que l’on s’applique sur la peau peut la traverser. 

Il est amusant de faire le lien entre la plante et ses propriétés. D’où elles sont originaires, leur survies même en milieu arride

LE BEURRE DE KARITÉ MON CHOUCHOU

Je le recommande brut, pur à 100% et biologique avec une mention éthique. Il est extrait des fruits du karité, un arbre de la savane de l’Afrique de l’Ouest qui peut vivre jusqu’à TROIS SIÈCLES. Trois kilos d’amande( 20 kg de fruits) donnent un kilo de beurre. La meilleure extraction est la pression à froid.  J’en mets à ma fille quasi depuis sa naissance ( elle a de l’eczéma). Il contient des vitamines A, D, E, F. Non allergène, non comédogène, il apaise, cicatrise et protège des vergetures ( avec de bons résultats perso car ai pris 25 kilos lors de ma première grossesse et suis sur le chemin cette fois encore).

A la maison, un pot familial dure à peu près 6 mois. On l’utilise au quotidien, sur le visage pour mon mec, il hydrate, lutte contre les rides et protège contre les agressions. En massage un peu comme un lait pour le corps pour ma fille; au début, je suivais les conseils des pédiatres/ puéricultrices et me ruinais avec les 50 crèmes de para que j’essayais pour prévenir de son eczéma. Depuis les massages au beurre de karité, plus d’eczéma et des économies portefeuille et planète… Perso, je l’utilise pour les cheveux en masque, corps, visage, mains et pieds, pur ( l’odeur ne me dérange pas) ou légèrement fondu en mélange avec d’autres huiles ( argan, olive, avocat, jojoba, coco…)

Les constats sur la peau sont très positifs. Sa qualité est meilleure, assouplie, bien hydratée, plus résistante au soleil ( ce qui n’empêche pas de se protéger car le beurre est un équivalent d’une protection SFP15), en bref un produit polyvalent qui remplace sans regrets tout un tas de bouteilles de notre salle de bain.

L’HUILE D’ARGAN

Issue des amandons de l’arganier, un arbre endémique du Maroc ( j’ai eu la chance d’aller voir sur place les femmes qui la presse à la main). La rareté, la qualité et les bonnes conditions de travail des femmes explique son prix. Il faut 38 kilos de fruits pour un litre d’huile. Elle est riche n vitamine E, en oméga 6 et 9. Apaisante, relipidante, revitalisante, cicatrisante, antioxydante. Elle protège les cheveux, prolonge l’éclat des colorations. Grace aux acides gras, la peau retrouve souplesse, élasticité, elle est protégée contre les uv. L’huile stimule le renouvellement cutané.

Sur le visage, je la mets pure, le soir ( trop grasse pour la journée), en cure de deux mois en massages circulaires. En mélange avec d’autres huiles pour les cheveux, voir plus haut, en masque posé toute la nuit( avec une serviette sur la tête sinon adieu vos jolies taies d’oreiller). Pour l’été, quelques gouttes de néroli- citrus bigaradia risso  diluées dans 100 ml d’huile d’argan… Pour moi c’est un vrai bonheur après la douche( pores ouverts=prêts aux soins) le bronzage est radieux, la peau super hydratée et protégée. L’huile essentielle de néroli, c’est mon choix on peut mettre celle qui nous fait plaisir attention juste à la photosensibilisation si l’on veut sortir avec .

L’HUILE DE JOJOBA

Le jojoba( Simmondsia chinensis) est un arbuste buissonnant de la famille des Simmondsiacées. Elle est originaire du Sud de l’Arizona et de la Californie ainsi que du Nord Ouest du Mexique ou elle pousse dans les lieux arides. Ses racines très longues (jusqu’à 30 m) lui permettent de rester en vie en allant chercher l’humidité très loin. L’intérêt de cette huile est sa composition proche du sébum et aussi de sa stabilité qui fait d’elle une huile de support exceptionnelle pour la conservation de vos cosmétiques .

En clair, cette huile, riche en acides gras, hydrate et régule la peau. Elle revitalise les peaux sèches et équilibre l’excès de sébum des peaux grasses et acnéiques. D’ailleurs si c’est votre cas, cette huile s’associe très bien avec l’HE d’arbre à thé.

Elle a également de très bons résultats sur les cheveux qu’elle adoucie ou régule selon la texture.

L’HUILE DE COCO

cocos nucifera

Super connue super tendance,( à ne pas confondre avec l’huile de coprah, qui elle  s’extrait à partir de noix de coco séchée), la meilleure est bio,de première pression à froid, vierge et issue de la pulpe de la noix de coco. Le cocotier pousse dans les régions tropicales, mais ça vous le savez…

Voilà j’ai pas trop envie de m’étendre sur le sujet car, quelque soit la presse ou les blogs que vous lisez, vous n’avez pas pu passer à coté des éloges et nombreuses recettes concernant l’huile de coco. Je vais me contenter de vous faire part de l’utilisation actuelle que j’en fait ( A lire tout ces éloges, on fini par tester les recettes cosmétiques: dentifrices, déo, etc.. pas concluant sur moi, il existe d’autres avis, à chacun son expérience, telle it girl en met dans son café, une autre se démaquille avec,cette blogueuse ne jure que par ça dans sa salle de bain, etc… à vous de voir)

Pour ses qualités hydratantes et nourrissantes, je l’applique pure en masque avant shampoing sur les pointes et longueurs. J’aime bien l’odeur et contrairement aux conseils coiffeurs, elle ne jaunit pas( quoi, je décolore pas, je garde juste ma crinière d’été…) . J’aime bien aussi faire un mélange “secours”:

  •                   25 ml huile coco fondue
  •                   25 ml beurre karité fondu
  •                  25 ml huile argan
  •                  25 ml huile olive
  •                  25 ml ricin
  •                  25 ml jojoba
  •                  10 gouttes HE ylang-ylang

A appliquer le soir sous une serviette et à garder toute la nuit, résultat garanti, attention, bien bien rincer avec 2 shampoings.

L’HUILE D’OLIVE

olea europaea oleaster, olea europaea satica

Alors on connait les vertus de l’huile d’olive dans l’alimentation( teneur en vitamines A et E et en acides gras mono insaturés). Perso j’ai entendu des légendes urbaines concernant le bronzage… et leurs méfaits. En cosmétique, dans la mesure où l’on utilise cette huile vierge, 100% naturelle et de première pression à froid et certifiée bio,elle peut être atout de taille pour la peau et les cheveux.

Quand on y pense, quoi de mieux que les fruits d’un arbre centenaire pour garder sa jeunesse… Elle est parfaite en support des huiles essentielles ( par exemple, pour les cheveux,en avant shampoing en mélange avec de l’HE d’ylang-ylang, redonne brillance et souplesse).

Je dois avouer que je l’ai testée pendant un moment en shampoing ( jaune d’œuf monté à l’huile d’olive, non ce n’est pas une mayo), le résultat était plutôt pas mal mais: je ne connaissais pas encore l’usage des HE donc l’odeur pas top même après deux ou trois rinçages, j’ai arrêté en commençant le shikakaï et aujourd’hui ne le ferai plus car ai décidé d’arrêter les produits d’origine animale dans les cosmétiques.

Aujourd’hui je l’ utilise en complément d’autres huiles dans ma tambouille cheveux( voire plus haut) et aussi dans une huile corps/visage que je me prépare avant de partir en voyage ( format 100 ml pour l’avion)

L’HUILE D’AVOCAT

persea americana, persea gratissima 

D’origine Amérique du Nord, l’avocatier est un arbre de la forêt tropicale et humide. L’huile est extraite de la pulpe, elle est obtenue par centrifugation à froid, puis filtrée pour éliminer les déchets. Les Aztèques utilisaient la chair de l’avocat pour soigner leur plaies et protéger leur peau des agressions extérieures (vent, soleil contient un filtre SFP15). Elle est riche en acides aminés, lipides, caroténoïdes, vitamines A et E.

Pour décrypter, cette huile, qui n’est pas grasse sur la peau contrairement à ce que l’on pourrait penser, la nourrit en profondeur, la protège (efficace en prévention des vergetures), la répare et lutte contre les signes de l’âge. Pour les cheveux, c’est également un excellent allié pour les fortifier, les réparer et stimuler leur repousse.
L’huile d’avocat s’utilise en mélange et s’adapte bien aux différentes textures. Son point fort est sa pénétration en profondeur dans l’épiderme, laissant un film protecteur. Elle calme les brûlures, l’eczéma et le psoriasis. Un de ses composés est proche du sébum c’est pour cela qu’elle est si bien tolérée par la peau.

Pure, c’est un excellent soin contour des yeux.

HUILE DE NOYAUX D’ABRICOTS

prunus armeniaca

Le nom latin de l’abricotier signifie prune d’Arménie. Il est originaire de Chine à l’état sauvage, puis cultivé sur place et un peu partout dans le monde. C’est un arbre de 4 à 7 mètres pouvant vivre jusqu’à 90 ans. L’apparition des fruits se fait de fin juin à courant juillet. Son huile ( la meilleure) est 100% vierge pure et naturelle issue de première pression à froid de l’amande dans le noyau. Elle contient de la vitamine A et E, des omégas 6. Elle redonne douceur et élasticité à la peau, lutte contre la déshydratation. C’est une bonne base de dilution pour les huiles essentielles.

Elle a un effet bonne mine (même légèrement autobronzante), anti-âge, nourrissante et raffermissante. Je l’utilise spécialement en après-soleil en mélange 50/50 avec de l’huile de chanvre avec ou sans HE. Ou en auto-bronzant naturel le soir en cure de 3 semaines : 50% d’huile de noyau d’abricot, 25% de macérat de carotte, 25% d’huile d’olive.

HUILE DE CHANVRE

canabis sativa

La graine de chanvre, nullement psychotrope, est très intéressante à la fois pour la peau et au niveau nutritif. Riche en acides aminés concentrée en antioxydants, vitamines A, B1, B3, B4, B6, et E, protéines, carotènes, minéraux, oméga 3 et 6, acides gras essentiels. L’utilisation de cette plante remonte au néolithique. En textile, elle est intéressante car sa culture nécessite peu d’entretien. Je vous écrirai un article consacré.

Aujourd’hui la France en est le premier producteur.Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est son utilisation cosmétique, forcément intéressante au vu de ses qualités. Elle est donc très nourrissante pour la peau, non comédogène, elle renforce l’hydratation et empêche la déshydratation,, elle est donc l’alliée des peaux sèches et matures. Elle fortifie les cheveux, les répare, leur redonne souplesse.

C’est l’huile la plus équilibrée en acides gras, riches en vitamines importantes pour la peau, et celle qui pénètre le mieux et en profondeur.

HUILE DE RICIN

Ricinus communis

La graine est pressée à froid, puis filtrée pour enlever la toxicité.Elle contient de la vitamine E et des oméga 9. Cultivée dans de nombreux pays, elle est utilisée dans de nombreux domaines. En cosmétique, cette huile renforce les cils, les ongles et accélère la pousse des cheveux( elle active la micro-circulation). Je l’utilise plutôt en mélange dans les préparation pour masque avant shampoing, mais pour activer la repousse, on peut l’appliquer pure sur les racines en massage. Attention cependant au rinçage, cette huile étant particulièrement grasse.

Il existe de nombreuses alliances heureuses comme l’huile de ricin et l’huile d’olive ou encore l’huile de ricin et l’huile de coco agrémentée ou non d’HE favorisant la pousse des cheveux comme celle d’Ylang-ylang ou de bay saint thomas. Quelques gouttes dans un mascara qui a séché prolonge sa durée de vie.

HUILE D’AMANDE DOUCE

prunus dulcis

La meilleure étant bien sûr bio, 100% pure et vierge de première pression à froid. Se compose d’acides gras, protéines, calcium, fer, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, vitamine B1, B2,B3, B5, B9, B12, E, provitamine A, antioxydants…. L’amandier est un bel arbre pouvant atteindre 6 à 12 mètres avec un tronc souvent tourmenté, originaire d’Asie mineure, cultivé dans tout le bassin méditerranéen.

Elle assouplit la peau, la préserve du dessèchement et lutte contre les vergetures. Elle a aussi une bonne action contre les rides. Convient à un grand nombre de peaux, notamment à celle des nourrissons. Ne pénètre pas très bien seule.Son action est renforcée en mélange avec du beurre de Karité, de l’huile de macadamia ou encore de rose musquée.

Bonne huile de support pour les HE. 

HUILE DE PÉPINS DE FIGUE DE BARBARIE

Opuntia ficus indica

Originaire du Mexique, elle pousse sur le pourtour méditerranéen et en Afrique du Sud. Plante arborescente qui peut aller de 3 à 5 mètres. L’huile est extraite de la graine du fruit( la figue), par pression à froid. Vitamine C, E, fer, cuivre, magnésium…

Son action? La prévention du vieillissement, des rides, des vergetures,des cicatrices, de la déshydratation… Un bon après- soleil. Cette huile huile coûte cher à cause du rendement d’extraction assez faible (une tonne de fruit pour un litre d’huile). Sa texture est peu grasse, elle pénètre bien, s’adapte à tout type de peau.

Au niveau de la composition elle contient quasi 2 fois plus d’acide gras que l’huile d’argan, ce qui en fait à l’état pur un anti-âge très efficace. Pour renforcer son action et en améliorer l’odeur si elle vous dérange, vous pouvez ajouter de l’HE de rose( rosa damascena) dans 100 ml ou encore vous confectionner un petit mélange du soir : 50 ml d’huile d’argan, 50 ml d’huile de pépin de figue de barbarie, 10 gouttes d’huile essentielle de rosa damascena . 

Perso, je l’utilise pure, le matin sous la crème de jour, comme sérum, le soir seule, les résultats ne se font pas attendre( diminution des rides, réduction des pores et teint plus frais).

L’HUILE DE ROSE MUSQUÉE

Cette huile est extraite des fruits du rosier rubigineux rosa rubiginosa L. cultivé au Mexique. Riche en acide gras polyinsaturés, elle a de nombreux atouts : elle régénère la peau ( brûlures, coups de soleil, eczéma…), raffermit,  ( favorise la synthèse de collagène) et cicatrise.

Pour faire simple, cette huile prévient des signes de l’age (ajouter quelques gouttes d’HE de rose), des vergetures et est efficace sur les cicatrices ( encore plus d’efficacité avec de l’HE de géranium). Je ne l’ai pas encore testée. Cette huile est cependant fragile il faut la conserver à l’abris de la lumière et de la chaleur.

 

LES MACÉRATS HUILEUX

Avant de mettre le nez là-dedans, je ne faisais aucune différence entre les huiles et les macérats. Ce sont donc des végétaux qui ont macérés dans différentes huiles végétales( coco, olive, etc…). Le plus connu est à mon sens le monoï  gardenia tahitensis & cocos nucifera, mais tout le monde( ou presque) connait l’huile de carotte qui peut aisément remplacer à moindre coût l’autobronzant. Il y a aussi l’huile d’arnica connue des sportifs, efficace contre les bleus ( sans plaie),celle de calendula calendula officinalis L. utilisée pour les peaux sensibles, apaisante, nourrissante et anti-inflammatoire. L’huile de millepertuis hypericum  perforatum est une huile de support pour mélanges d’huiles essentielles a utiliser avec précaution à cause de sa photosensibilité. Elle calme les brûlures, cicatrise, est décongestionnante et anti-inflammatoire. 

IL en existe d’autres, bien sûr, mais je tiens à mentionner celui de bellis perennis, macérat de pâquerettes qui renforce la tonicité des vaisseaux sanguin et surtout tend, galbe, raffermit le décolleté. 

7 thoughts on “Les huiles et beurres végétaux

  1. […] Courte. huile d’olive, huile de baies de laurier, eau, soude. Différents dosages en huile de baies de laurier ( c’est une huile plus rare, plus chère…). Ce savon qui a plus de 3000 ans d’existence est bon pour toute la famille. Peaux grasses? acnéiques? eczéma? psoriasis? peaux sèches?  Voilà. Il est sur gras, antiseptique, désinfectant. Il s’utilise aussi en shampoing, masque visage, mousse à raser, pour laver le linge, pour chasser les mites. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*